Archive pour Actualité

Charcot Fund : Communique de presse >Lauréats du Fonds Charcot 2018

Bruxelles 17/01/2018

– La Fondation Charcot accorde 50% de moyens en plus à la recherche en sclérose en plaques : des résultats concrets, un focus sur la SEP progressive et toujours un soutien à la recherche fondamentale innovante.
La Fondation Charcot renforce son soutien et apporte 300 000 euros (200 000 € en 2017) à 7 équipes de chercheurs dans leur engagement contre la sclérose en plaques. Leur but est d’améliorer significativement la connaissance de cette maladie neurologique mais également ses traitements.
Depuis longtemps la Belgique est à la pointe dans ce domaine. Cette excellence est en autre assurée par la continuité du support apporté par le Fonds Charcot (depuis 1987) mais aussi grâce à l’expertise du jury scientifique (voir en annexe).

« Cette année le choix des projets confirme l’attention que la Fondation Charcot veut porter à la SEP progressive, la forme de SEP pour laquelle les traitements sont actuellement très limités. D’autre part, le Jury a également sélectionné des projets dont les résultats pourraient apporter des améliorations très concrètes. Enfin, le soutien reste primordial à la recherche fondamentale pure qui doit continuer à déchiffrer les mécanismes de la maladie afin d’explorer de nouvelles méthodes de traitements, comme par ex. la thérapie cellulaire. » Prof C. Sindic, Président de la Fondation Charcot.

Le Jury du Fonds Charcot 2018 est composé de :
pour la Fondation Charcot Stichting: Prof. Dr. Christian Sindic (Président)
pour le Groupe Belge d’Etude de la Sclérose en Plaques : Dr. Pierrette Seeldrayers (Présidente)
pour le comité scientifique de la Fondation Charcot :
o Prof. Dr. Alex Michotte, Professeur de Neuroanatomie à la Faculté de Médecines de la VUB et chef de service clinique du département de Neurologie et d’Anatomo-Pathologie de l’UZ Brussel.
o Prof. Dr. Alain Maertens de Noordhout, Chef de service du Département de Neurologie du CHR Citadelle, Liège.
Les experts internationaux:
o Prof. Dr. Gilles Defer, Chef de service du Département de Neurologie du CHU de la Côte de Nacre, Caen, France.
o Prof. Juan Antonio Garcia Merino, Professeur de Neurologie de l’Universidad Autonoma, Madrid, Espagne.

Cette année un 8èmeprojet a été sélectionné et sera financé par la Ligue Nationale Belge de la SEP à l’occasion de son 60ème anniversaire.
Le Jury souligne le fait que la Fondation Charcot est plus qu’un support financier derrière les chercheurs, elle est aussi une référence en matière de recherche en sclérose en plaques en Belgique. Comment ? En investissant également dans de jeunes chercheurs prometteurs via les bourses du Charcot Fellowship, en sensibilisant les neurologues et les médecins, en informant objectivement les patients et en soutenant le registre BELTRIMS (registre belge des patients SEP).

La Fondation Charcot existe grâce à la générosité de ses donateurs et de ses testateurs. Avec l’augmentation de son soutien à la recherche fondamentale de pointe, la Fondation Charcot apporte sa contribution pour pouvoir un jour vaincre la sclérose en plaques. Cette année encore certains projets n’ont pas pu être financés. Faire connaître son action et récolter des dons est essentiel. C’est pourquoi, en mai 2018, une équipe de la Fondation Charcot participera à nouveau aux 20 km de Bruxelles. Elle cherche des coureurs qui grâce à leur participation soutiendront eux-aussi la recherche en SEP.

Plus d’info : www.fondation-charcot.organn.vanroy@fondation-charcot.org – 0465/28 36 60
En annexe : CV des membres du Jury et détail des lauréats et de leurs projets

L’autisme, de la compréhension à l’intervention

Comment différencier les troubles du comportement et les troubles du spectre de l’autisme ? Des exemples concrets vous seront présentés ainsi que les nouvelles méthodes comportementales.

Actions@Village

vous invite à sa prochaine conférence

 

« L’autisme, de la compréhension à l’intervention »

samedi 03 mars 2018 à 19.00

chaussée d’Haecht, 579 à 1030 Bruxelles

Intervenants : Dr Stanciu R. , pédopsychiatre

Mme Barthelemy P. , psychologue

 

Entrée gratuite pour les membres

Prévente : 25 euros sur le n de compte BE 70 0018 1986 8025

 

Sur place : 35 euros

La conférence sera clôturée par un walking dinner (traiteur)

 

Accréditation demandée pour MD et Pharm .

Places limitées ( parution dans journal du médecin et le pharma-sphère)

 

INSCRIPTION OBLIGATOIRE POUR LE 03 FEVRIER AU PLUS TARD

pour toutes informations : actionsatvillage@gmail.com

Création asbl La Maison Bleue


Notre institution prévoit d’ouvrir ses portes en avril 2018.
La Maison Bleue est un tout nouveau projet créé pour pallier au manque de places en hébergement. Elle est située dans la Commune de Jette. Ce centre de jour et d’hébergement pour déficients mentaux accueillera, dès avril 2018, 10 personnes de jours et 20 résidents. L’objectif est de permettre à ces personnes de vivre dans un centre adapté à leurs besoins.
Vous pouvez nous aider avec un don ponctuel, permanent ou en participant à notre « liste de naissance Maison Bleue ».
Malheureusement, notre ASBL est encore trop jeune pour pouvoir permettre un don déductible. Tout don vous donnera néanmoins accès à notre soirée « pendaison de crémaillère » (infos sur la maison et drink d’accueil).

 

Pour en savoir plus, télécharger notre .pdf en cliquant ici >>

Africalia – invitation conférence de presse MASA 2018

 



Le Directeur général du MASA,

Le Marché des Arts du Spectacle Africain,

a le plaisir de vous inviter à

la conférence de presse de la 10e édition du MASA,


au Secrétariat du Groupe des Etats ACP à Bruxelles

le mardi 16 janvier 2018 à 10h30.

 
Cette présentation sera suivie d’un cocktail.

 

La 10e édition du MASA – Marché des Arts du Spectacle Africain – se tiendra à Abidjan en Côte d’Ivoire du 10 au 17 mars 2018 et fêtera par la même occasion ses 25 ans. Ce marché, dédié aux arts vivants, a lieu tous les deux ans.Cette année, 64 troupes venues d’Afrique, des Caraïbes, d’Europe ou encore du Pacifique ont été sélectionnées. 7 disciplines des arts de la scène y seront représentées : la musique, la danse, le théâtre, le conte, l’humour, les arts de la rue et le slam.

Le thème de cette édition « Quels modèles économiques pour les arts de la scène ? » soulèvera la question du financement durable de la culture en Afrique.

Inscription à la conférence de presse.
Il est indispensable de vous inscrire pour assister à la conférence.

Merci de confirmer votre présence, au plus tard le 12/01/2018 par email à
coline.walrave@africalia.be
ou par téléphone, au +32 (0)2 412 58 80,en renseignant votre nom, prénom et organisation. Si vous souhaitez venir accompagné d’une deuxième personne, cela est possible à condition de nous communiquer son nom et son email également.

Infos pratiques

Date : 16 janvier à 10h30
Lieu : Secrétariat du Groupe des Etats ACP
Avenue Georges Henri 451, 1200 Bruxelles

L’accueil du MASA à Bruxelles est organisé par Africalia en collaboration avec Wallonie-Bruxelles International et les Halles de Schaerbeek.
                 
Les partenaires du MASA sontAfricalia est soutenue par

Domino’s Pizza bannit les œufs de poules en cages

 

« Un début d’année prometteur pour les poules pondeuses »

Bruxelles, le 5 janvier 2017 – GAIA est ravi d’apprendre que Domino’s Pizza Benelux, France et Allemagne s’est engagé à utiliser des œufs issus de poules élevées en plein air dès 2022 pour les œufs frais entiers, et dès 2025 pour les produits à base d’œufs (desserts, sauces…). Cet engagement important pour le bien-être animal est le résultat d’un dialogue fructueux entre la marque et les organisations de défense des animaux GAIA pour la Belgique/Benelux et L214 pour la France.

« La décision de Domino’s Pizza, du fait de sa position de leader sur le marché de la livraison de pizzas, assurera une meilleure vie à des milliers poules pondeuses et confirme la tendance de fond que l’élevage de poules en cages, loin de toute lumière du jour, est en train d’être relégué aux oubliettes », se réjouit la directrice de GAIA, Ann De Greef. « C’est un début d’année prometteur pour les poules pondeuses, qui laisse pressentir que 2018 devrait nous apporter son lot d’annonces similaires. »

Boycot-cot

La campagne ‘Boycot-cot’, que GAIA mène depuis près de 10 ans, a permis dès 2010 que soient retirés les œufs frais de poules en cages des rayons de l’ensemble des supermarchés présents en Belgique. De nombreux groupes de restauration, supermarchés, marques alimentaires et chaînes hôtelières implantés chez nous se sont également engagés à ne plus s’approvisionner en œufs issus d’élevages en cages*.

Élevages sans cages

GAIA poursuit en parallèle son objectif au delà de nos frontières, en tant que représentant de l’Open Wing Alliance, une coalition internationale d’associations de défense des animaux résolument déterminées à éliminer l’élevage en cages des poules pondeuses. Son action a convaincu de nombreuses multinationales de s’engager dans ce sens à l’échelle européenne et/ou mondiale. Parmi celles-ci on retrouve notamment Accor Hotels, InterContinental Hotals, General Mills, Mondelez, Kellogg’s, Unilever, Compass Group et bien d’autres en encore*.

Cible

La dernière cible en date de la campagne de GAIA est la chaîne d’hypermarchés Carrefour, qui n’a toujours pas mis complètement fin à l’utilisation des œufs provenant de cages dans son assortiment de produits transformés vendus sous sa marque d’enseigne.

*Note : GAIA a publié une liste complète de ces entreprises sur son site www.boycotcot.be

354.752 boîtes de Faux Gras® de GAIA mises en vente en 2017

Une demande en très forte hausse en France, pays du foie gras

Bruxelles, le 21 décembre 2017
Depuis son lancement en 2008, le nombre de boîtes de Faux Gras® de GAIA mises en vente cette année a franchi pour la première fois la barre des 300.000 unités. Avec près de 355.000 boîtes en vente cette saison, contre 210.000 l’année passée, l’augmentation (+60%) est même plus soutenue que jamais. « Ce fait est attribué à une demande en très forte hausse en France, principal pays producteur, consommateur et exportateur de foie gras au monde », se réjouit la directrice de GAIA, Ann De Greef. « Ce succès de notre alternative entièrement végétale et éthique au foie gras (avec des ingrédients spéciaux comme de la truffe ou du champagne) traduit une véritable tendance de fond du grand public, qui souhaite apporter une dimension éthique aux fêtes de fin d’année, sans pour autant faire une croix sur l’aspect festif. C’est une excellente nouvelle pour les millions de palmipèdes qui, dans le monde, subissent chaque année la torture du gavage pour produire du foie gras », souligne Ann De Greef. En Belgique, le Faux Gras® de GAIA est disponible dans toutes les chaînes de supermarchés, à l’exception de Aldi et Albert Heijn (ce dernier ne vend pas de foie gras), et dans de nombreux magasins bio.

Parce que consommer du foie gras, même une fois dans l’année, n’altère en rien le fait que les animaux continuent à être gavés, GAIA est donc de nouveau mobilisé pour rappeler aux consommateurs d’abandonner l’habitude de consommer du foie gras, même occasionnellement pendant les fêtes de fin d’année. En parallèle de sa campagne pour le Faux Gras® de GAIA, GAIA diffuse ainsi du 13 au 23 décembre sur La Une et RTL-TVI, un spot TV particulièrement touchant, pour davantage sensibiliser le public à la problématique du gavage pour la production de foie gras. Et rappelle sur son site internet, sept réalités au sujet du foie gras, en plus d’une pétition pour une interdiction du gavage des animaux en Belgique, qui a déjà recueilli à ce jour plus de 220.000 signatures.

Une pratique condamnée

Dans sa dernière étude scientifique sur la production de foie gras (2015), le Professeur Donald M. Broom de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni, une autorité scientifique de notoriété mondiale en matière de bien-être animal, démontre que les conditions actuelles de la production de foie gras ne respectent que trois des douze critères et pas un seul principe de bien-être prévus par le projet européen Welfare Quality®, qui sert à mesurer le bien-être des animaux de rente. Et par conséquent, les méthodes actuelles de production (appliquant le gavage à un niveau industriel ou artisanal) ne répondent même pas à un seuil minimal et acceptable de bien-être animal. Parmi les points engendrant une très forte dégradation du bien-être des canards, figure le gavage lui-même. A ce titre, seuls la France, l’Espagne, la Bulgarie, la Hongrie et la Belgique produisent encore à l’heure actuelle du foie gras, alors que 12 pays de l’UE ont interdit formellement le gavage ou interprètent les lois de protection animale comme condamnant de facto cette pratique.

Foie fin

Reste qu’il est possible de produire du foie gras sans recourir au gavage des palmipèdes, et donc sans provoquer une stéatose du foie qui atteint jusqu’à 9 fois le volume normal (de 50 à 450 grammes). La méthode alternative consiste à ajouter des ingrédients au foie sain, après l’abattage. « Cette méthode de production, qui a au moins le mérite d’éviter la pratique très controversée du gavage, ne permet cependant pas à un producteur de vendre sa production sous l’appellation foie gras, mais comme foie fin », nuance la directrice de GAIA. « Du moins tant que la législation européenne imposera un poids minimum pour l’appellation foie gras. En clair, si le foie des canards pèse moins de 300 g et celui des oies moins de 400 g, le produit ne peut pas légalement s’appeler foie gras. Dans la pratique, exiger que les foies soient si gros revient à imposer aux éleveurs de pratiquer le gavage. GAIA demande aux instances européennes de supprimer cette condition. »

—Fin du communiqué—

Plus d’infos :

Contact – Ann De Greef 0477/53 42 02

 

Le stage de remise de Carine et Ourka

Illustration : Photo de Carine et Ourka. Ourka désigne le banc d'un arrêt de bus.

Du 6 au 17 novembre a eu lieu le stage de remise de Carine et Ourka, une étape importante dans le processus d’attribution d’un chien-guide !

Carine est atteinte d’un glaucome congénital bilatéral, qui a d’abord entraîné la perte de la vision de l’oeil droit à 7 ans puis de l’oeil gauche à 18 ans.
C’est suite à un bouleversement dans sa vie personnelle que Carine a décidé de faire la demande d’un chien-guide, Nouveau départ, elle a acheté une maison où elle accueillera son chien-guide comme un membre de la famille, une compagnie. Ce chien sera également une aide précieuse puisqu’elle optimisera sa sécurité et son autonomie.

Afin de préparer au mieux l’arrivée d’Ourka, Carine a suivi des cours de rééducation en locomotion. Grâce à ceux-ci, elle connaît son nouveau quartier sur le bout des doigts. Et elle est contente de l’avoir fait ! Avoir une bonne connaissance de ses trajets et avoir des repères à la canne blanche, lui ont permis de les apprendre avec Ourka de manière très facile et très fluide.

Rencontrer Carine, c’est aussi faire connaissance avec sa petite tribu : Sa fille Jennyfer, son compagnon Massimo et sa maman Nonna, ainsi que leurs deux enfants Tyméo et Célya. C’est avec beaucoup d’intérêt, de respect et de bienveillance qu’ils ont accueilli Ourka dans leur quotidien. Ils ont tous écouté attentivement et suivi les conseils de Nicolas et Penelope pour que le nouveau duo puisse s’épanouir pleinement.
Carine est très entourée de ses proches, et elle le leur rend bien ! C’était important pour elle de continuer à passer du temps avec ses petits enfants et de pratiquer des déplacements en leur compagnie, notamment le mercredi quand elle va les chercher à la crèche et à l’école. Ourka portant un harnais rigide, Carine a pris la décision de se déplacer sans canne. Ce qui lui laisse une main libre pour la poussette adaptée de sa petite fille. La technique a été travaillée avec Ourka au préalable.

Une des demandes principales de Carine était de pouvoir se rendre à son travail plus facilement. En effet, son trajet n’est pas de tout repos : marche, bus, train et taxi sont au programme ! Et Ourka lui est d’une grande aide dans ce déplacement quotidien.
Carine travaille chez Entra depuis 13 ans. Entra est une entreprise de travail adapté à Heppignies, près de Charleroi. Les employeurs et les collègues de Carine ont eux aussi mis les petits plats dans les grands pour accueillir Ourka, leur nouvelle collègue : nouvel espace de travail avec plus de place pour Ourka, joli panier pour que la chienne se sente comme chez elle, etc. En plus, depuis des mois, des mails, posters et flyers circulent dans les différents bâtiments de l’entreprise avec différents conseils sur le comportement à adopter face au chien-guide. Et tous les employés ont joué le jeu et continuent à respecter le travail mis en place !

Carine s’est montrée appliquée, investie, motivée et la relation avec Ourka s’est faite naturellement !

Aujourd’hui, Carine et Ourka forment un binôme prometteur et entourées comme elles les sont, nous n’avons aucun doute concernant la réussite de la certification !

Invitation à la soirée Théâtre de l’asbl Tibériade

Si vous aimez le théâtre,

Si vous aimez passer une soirée de détente et de rire, mais aussi à vous qui portez un intérêt pour les résidents du Foyer TIBERIADE de Dottignies…

Venez nous rejoindre…

Salle des fêtes du Tuquet à Mouscron

Vendredi 16 mars à 20 heures

«VOUS MENDIEREZ TANT !»

Comédie de J-C Martineau

Par « Les Compagnons de la Sainte Famille »

Réservez vite des places, au prix de 9 euros, pour vous et pour vos connaissances.

 056/ 48 62 42 ou 0474/ 25 93 34

Le C.A.G. d’Ourka

Ce vendredi 27 octobre, c’était au tour d’Ourka de passer son CAG (Certificat d’Aptitude au Guidage).

C’est à Halluin, environnement connu d’Ourka et de Nicolas son éducateur, et sur un trajet choisi par l’évaluateur qu’a eu lieu l’évaluation.
On évalue le chien dans les meilleures conditions pour lui : avec son éducateur qu’il connaît depuis plusieurs mois et en qui il a confiance. L’éducateur, lui, est sous bandeau : une difficulté imposée et nécessaire pour évaluer la capacité du chien à guider sans une possible anticipation de sa part.

Aujourd’hui, c’est avec bonheur que nous vous annonçons qu’Ourka réussi son examen avec la mention « très bien » !

Le 6 novembre Ourka rejoindra Carine, pour un stage de remise de 2 semaines. Bonne route à elles !

Inédit en Belgique : GAIA a organisé la première démonstration de feu d’artifice ‘silencieux’ respectueux des animaux

« Une avancée notable et indéniable pour le bien-être animal, sans en négliger l’aspect festif »

Bruxelles, le 16 novembre 2017 – La directrice de GAIA, Ann De Greef, et la Secrétaire d’Etat au Bien-être animal, Bianca Debaets, ont donné le coup d’envoi ce jeudi soir au Parc du Cinquantenaire à Bruxelles, de la première démonstration officielle de feu d’artifice à bruit contenu en Belgique. Plus communément appelé feu d’artifice silencieux, le feu d’artifice à bruit contenu a été conçu afin d’éviter des nuisances sonores bien connues, en étouffant l’explosion au moment de la détonation. Par cette initiative, GAIA souhaite sensibiliser et convaincre les autorités communales et régionales de l’intérêt de prendre en compte le bien-être animal lorsqu’ils organisent des feux d’artifice. « Nous recevons chaque année de nombreux témoignages d’animaux qui s’enfuient ou sont victimes de crise cardiaque suite au détonations vives créées par les feux d’artifice », regrette Ann De Greef. « La promotion et l’utilisation des feux d’artifice à bruit contenu constitueraient dans ce sens une avancée notable et indéniable pour le respect envers les animaux, sans pour autant faire une croix sur l’aspect festif », précise-t-elle.

Durant un spectacle flamboyant de près d’un quart d’heure, les acteurs communaux et régionaux qui avaient fait le déplacement ont ainsi pu juger par eux-mêmes du réel potentiel qu’offre cette alternative plus respectueuse des animaux. Un signal positif pour la marraine de l’événement, la Secrétaire d’Etat Bianca Debaets qui soutient pleinement le principe. « Les autorités locales et les particuliers doivent aussi penser aux animaux lorsqu’ils utilisent des feux d’artifice », souligne-t-elle. Et d’ajouter : « Je compte bien plaider en ce sens auprès des 19 communes de la Région bruxelloise, afin que celles qui autorisent encore les feux d’artifice imposent alors l’obligation d’utiliser les modèles à bruit contenu. »

A noter qu’en plus d’être résolument plus respectueux des animaux, l’autre argument de taille en faveur des feux d’artifice à bruit contenu, est qu’ils reviennent approximativement au même prix que leur équivalent classique.

— Fin du communiqué —

Plus d’infos :

Contact – Ann De Greef, directrice de GAIA 0477/53 42 02